Clydwynn, le libre penseur sylvari

    Partagez
    avatar
    Kuroware
    Apprenti noob

    Clydwynn, le libre penseur sylvari

    Message  Kuroware le Mar 14 Aoû - 20:19

    (Sachez que ce texte n'est pas un one shot et qu'il m'a fallu un petit temps pour l'écrire ^^, j'espère que vous aimerez). Ceci étant mon personnage RP (PvE) principale (Sylvari ingénieur), je voudrais également jouer les personnages dont le nom est cité dans le texte ^^. Dont j'ai déjà fini l'écriture du background de l'un d'entre eux (et un autre en cours de finition). Sachez que j'ai également l'intention d'étoffer un peu l'histoire (notamment avec les diverses rencontres que fait Clydwynn).

    Clydwynn, le libre penseur Sylvari

    Au crépuscule, sous les feuilles de l’Arbre Clair s’éveilla un sylvari parmi tant d’autres, mais avec un destin si différent.

    Son nom ? Clydwynn, sylvari élégant à l’écorce rougeâtre et dont la masse feuillue verte éclatante nous rappelle la jeunesse de la race.
    Curieux, logique et doué de raison, Clydwynn n’acquit aucune disposition pour la magie, qui ne lui paraissait que comme quelque chose d’abstrait et n’en avait pour connaissance que la théorie rapportée par les premiers nés !
    Ses rêves et désirs sont à l’image de sa personnalité, mécanique et inventive. La technologie le passionne, rien n’est plus plaisant à son regard que de voir un rouage en entrainer un autre pour observer un impact conséquent sur le monde, telles sont les paroles acquises dans le rêve prénatal.

    Cependant, Clydwynn s’immergea de plus en plus dans un monde de fer et d’acier, de feu et de braises et s’écarta du chemin mystique tracé par ses compagnons, jusqu’à même avoir de mauvaises pensées envers l’Arbre. Comme ses congénères, assoiffés de savoirs et des innombrables découvertes du monde, Clydwynn quitte le bosquet pour l’aventure. C’est sans compter sur la rencontre fortuite d’un Asura du nom de Jopp aux abords du Bosquet, qui lui fit un marché. L’asura s’engagea à lui dévoiler l’intelligence et la merveille de l’alchimie, en échange des services de Clydwynn, qui accepta.

    Clydwynn suivi donc les enseignements de Jopp… Façon de parler cependant ! « Suivre un enseignement » n’est que du point de vue du Sylvari, tandis que Jopp, sournois et manipulateur, ne considère le Sylvari, ni comme un élève, ni comme un apprenti, ni même comme un ami… mais rien de plus qu’un esclave sous son autorité pour de basses tâches ingrates.

    Trois longues années à entreprendre aveuglément auprès de Jopp que Clydwynn juge comme un maître digne de confiance et méritant le respect… jusqu’à cet évènement !
    Même si Clydwynn a parfaitement conscience des conséquences de la mécanique et de l’alchimie sur l’environnement voisin, rien ne peut percer l’avenir et ses mystères.
    Une explosion de bonne ampleur, due à une mauvaise préparation d’un élixir, se produit ! Emportant bien plus qu’une ou deux vies… l’Asura perdit toute raison, son sourire malicieux s’étira et devint un rire dément. Ses yeux globuleux, d’habitude si vivace de réflexion, perdirent leur potentiel, vide d’expression et injecté de sang. Rien de plus qu’un esprit fou dans un corps presque sain.

    Tandis que Clydwynn fut, d’une certaine façon, illuminé. Réalisant à quel point, sa vie auprès de Jopp n’est que pitoyable et sans avenir, qu’il a toujours été enfermé, et n’a jamais vraiment vécu avec la libre pensée qu’il chérissait tant au Bosquet. Il était successivement devenu l’esclave respecté de l’Arbre Clair, puis l’esclave de bas étage de cet Asura perfide. La compréhension fit volte-face laissant place à une colère grandissante. La satisfaire est l’unique option de Clydwynn pour ne pas à son tour sombrer dans une folie démente. Ainsi il prit un couteau…

    … et ne fit rien ! La pitié arriva de manière aussi instantanée que la colère la précédant. Le corps dansant et virevoltant de son ancien maître reflétant la folie pure qui s’est emparée de lui. Clydwynn ne peut se résoudre à se laisser tenter par un meurtre d’une si petite chose dénué de sens.
    Cette expérience aussi rustre soit-elle marqua non seulement son esprit, mais aussi son corps. Son écorce rougeâtre vira au blanc pâle, de plus, sa chevelure perdit toute sa masse feuillue, ne laissant transparaître que les branches au sommet du crâne du Sylvari.

    Depuis lors, sa haine envers les Asuras est ardente, mais une autre haine, plus lente mais toute aussi dangereuse qu’un poison éclot en lui. Une haine envers lui-même, ne pouvant se pardonner d’être ainsi. Un mélange comportemental qui, aux yeux de tous, le fait passer pour un sylvari, lunatique et flegmatique, toujours d’un calme apparent avec un certain détachement du monde.

    Dorénavant, il voyage en mercenaire et samaritain sylvari à travers la Tyrie, pour accroître ses connaissances, cette mauvaise expérience n’ayant pas entamé son rêve d’aventure. Rêve qui est sans nul doute la source de sa quiétude, en bon libre penseur qu’il souhaite devenir.

    Durant son épopée, il fait de nombreuses rencontres toutes plus intéressantes les unes que les autres, et noue certaines amitiés tenaces (parmi eux, un Charr du nom d’Hervek Brunefer et un Norn connu comme étant Balderich Ferveson). Mais au fur et à mesure de ses périples, il entend parler de la Ligue des aventuriers et de ses exploits, une ligue qui selon les rumeurs est constituée de membres indépendant et de libre penseurs. Intrigué à l’idée de rencontrer des gens avec une idéologie similaire à la sienne, Clydwynn prit la direction des plaines d’Ashford où l’on aurait aperçu le chef humain de la ligue. L’ayant trouvé, les mains aux prises avec des brigands des cavernes, Clydwynn lui fait part de ses impressions concernant la ligue en combattant au coté de l’humain. Et après moults batailles et discussions, Clydwynn intègre la ligue. Contribuant dorénavant à la traque aux reliques et à la recherche de gloire.


    Ceci est mon histoire !

      La date/heure actuelle est Lun 26 Juin - 1:30